Le maire de Windsor, Mendicino, a envoyé un texto à propos de la loi sur les urgences avant qu’elle ne soit invoquée: document

La Commission de la Loi sur les mesures d’urgence se concentre sur la chronologie des événements pour évacuer les manifestants du passage frontalier canado-américain au pont Ambassador à Windsor, en Ontario.

Contenu de l’article

OTTAWA — Le maire de Windsor, en Ontario, témoignera aujourd’hui lors d’une enquête publique sur l’utilisation par le gouvernement fédéral de la Loi sur les mesures d’urgence pour dégager les manifestants du « Freedom Convoy » qui bloquent les rues autour de la Colline du Parlement et plusieurs passages frontaliers.

Publicité 2

Contenu de l’article

Le témoignage prévu de Drew Dilkens intervient alors qu’un élément de preuve montre qu’il a échangé des textes avec le ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino, qui a demandé le soutien du maire pour « toute autorité supplémentaire » pour maintenir le pont Ambassador ouvert, quelques heures avant l’annonce de la législation.

Contenu de l’article

Un résumé de l’échange est contenu dans un calendrier que la ville de Windsor a soumis à la Commission d’urgence de l’ordre public avant l’audience d’aujourd’hui, qui fournit un compte rendu détaillé de sa réponse au blocus.

Des manifestants dénonçant les mandats de COVID-19 se sont installés sur le pont Ambassador dans la soirée du 7 février, déclenchant des sonnettes d’alarme des deux côtés de la liaison Windsor-Detroit – le passage frontalier le plus achalandé entre le Canada et les États-Unis

Publicité 3

Contenu de l’article

Des centaines de millions de dollars de commerce sont transportés quotidiennement sur le pont, en particulier pour l’industrie automobile, qui, selon la ville, a souffert de la fermeture temporaire.

La police armée d’une injonction du tribunal a finalement expulsé les manifestants qui refusaient de partir, et le pont a rouvert à la circulation aux premières heures du 14 février.

Selon la chronologie des événements de la ville, Mendicino a envoyé un texto à Dilkens plus tard dans la matinée au sujet de la situation.

« Le maire Dilkens demande si le gouvernement fédéral prend des mesures (concernant) la loi sur les mesures d’urgence », indique la chronologie.

«Le ministre demande:« Dans la mesure où vous pouvez soutenir toute autorité supplémentaire qui donne à Windsor les ressources dont vous avez besoin pour garder le pont ouvert, les gens en sécurité, ce serait formidable.

Publicité 4

Contenu de l’article

L’après-midi du 14 février, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé qu’il invoquerait la loi sur les mesures d’urgence, jamais utilisée auparavant, pour faire face aux manifestations du « Freedom Convoy ».

« Pendant les blocus illégaux, le ministre Mendicino était en contact régulier avec le maire Dilkens pour discuter de la meilleure façon pour le gouvernement fédéral de soutenir Windsor, y compris la possibilité d’utiliser la loi sur les mesures d’urgence comme mesure nécessaire pour rétablir la sécurité publique », a déclaré le directeur des communications de Mendicino, Alexander. Cohen, a déclaré dimanche dans un communiqué.

« Nous sommes reconnaissants au maire Dilkens pour son partenariat pendant cette période difficile. »

Un porte-parole de Dilkens a déclaré que le maire avait été avisé par un conseiller juridique de ne pas commenter les preuves, car il est sur le point de témoigner.

Publicité 5

Contenu de l’article

La question centrale à laquelle est confrontée l’enquête est de savoir si le gouvernement Trudeau était justifié d’utiliser la Loi sur les mesures d’urgence pour effacer les manifestations de l’hiver dernier. Il est prévu d’entendre des témoignages publics de témoins jusqu’au 25 novembre.

À ce jour, elle s’est concentrée en grande partie sur les perturbations causées par les manifestants au centre-ville d’Ottawa.

Dilkens n’est pas le seul responsable de Windsor à comparaître lundi – l’enquête devrait également entendre Jason Crowley, chef adjoint par intérim du service de police. En février, il était le surintendant servant de commandant des incidents critiques chargé de répondre à la manifestation.

Des détails sur le point de vue de la police de Windsor sur le blocus sont également contenus dans le résumé d’une interview que son chef de police par intérim, Jason Bellaire, a donnée à la commission en août, qui a été déposée en preuve.

Publicité 6

Contenu de l’article

Selon la commission, Bellaire a déclaré que les tentatives de négociation avec les manifestants du pont étaient difficiles car chaque groupe avait des dirigeants différents.

Il a déclaré à la commission que le service de police de la ville n’avait jamais connu une telle situation auparavant, ajoutant que la Police provinciale de l’Ontario avait pris la tête de l’opération d’application de la loi.

D’autres documents que la ville a soumis à la commission montrent qu’elle craignait également que si les manifestants étaient évacués d’Ottawa, ils tenteraient à nouveau de bloquer le pont Ambassador.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 7 novembre 2022.

Publicité

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Visitez notre Règles de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster votre e-mail réglages.

Source link-47